Skip to content

CONFÉRENCES 2017

Cycle de conférences 2017:

Esthétique Éthique et Modes de vie

Indépendant les uns des autres mais intimement liés, les trois concepts d’esthétique, d’éthique et des modes de vie constitueront le chemin sur lequel, dans le cadre d’un cycle de six conférences, le collectif Made in France en Transparence vous conviera chaque 13 du mois de février à juillet 2017.
Romain Arazm, notre conférencier, prendra plaisir à s’y perdre avec vous, le pas vif et l’esprit agile. Le créateur et l’œuvre formeront l’un des points de convergence du cycle, auxquels Romain apportera un éclairage au travers de ses apports philosophiques et d’historien de l’art qui nous permettra une prise de recul salutaire pour mieux comprendre le rôle et les enjeux du design aujourd’hui.

4

Bauhaus : vers une utopie réalisée ?

mercredi 14 juin à 19:00 – 22:00

A mi-chemin des flâneries du cycle « Éthique, Esthétique et mode de vie », après avoir explorer des directions aussi variés que l’alpinisme, l’autosuffisance et l’astronomie, recentrons le propos sur la démarche et les objets des designers du Collectif. Pour ce faire, prenons appui sur l’une des aventures artistiques et culturelles les plus marquante du XXe siècle : Le Bauhaus.
Point névralgique d’une tentative de réforme fondamentale de la société par l’art, ce courant, impulsé par Walter Gropius qui en prend la tête à partir de 1919, se situe à l’exacte confluence des trois notions autour desquelles le Cycle gravite. En focalisant notre attention sur certaines œuvres emblématiques, sur les enseignements et sur les ambitions de cette école, il s’agira d’expliciter les démarches des créateurs d’aujourd’hui en étant attentif aux échos, aux continuités et aux influences…
L’unité de tous les arts sous la tutelle de l’architecture, la valorisation de la relation proprement médiévale du maître et de l’apprenti ainsi que l’atténuation de la rigide frontière distinguant l’art et l’artisanat constituent, entre autres, autant de principes caractéristiques de l’enseignement du Bauhaus qui nous servirons de balises sur les sentiers de cette flânerie slalomant entre formes et idées, choses et matières, utopies et réalités. Nous tenterons de repérer les influences que l’Esprit du Bauhaus peut avoir sur la création actuelle…


3

L’artiste et le scientifique: une correspondance créatrice…

mercredi 12 avril à 19:00 – 21:30

Chacun à leur manière, le scientifique et l’artiste sont “créateur de monde”. Ils renouvellent les visions que l’on peut en avoir, et refaçonnent l’idée que l’on peut s’en faire. L’un comme l’autre, avance à taton en s’inscrivant dans les traces de leurs prédécésseurs pour s’en dissocier, parfois seulement en inflechissant la trajectoire, parfois en créant de véritable révolution scientifique ou esthétique.
Sans toutefois gommer leurs approches méthodologiques dissemblables, la troisième conférence du cyle ETHIQUE, ESTHETIQUE ET MODE DE VIE, entend rapprocher, entre ruptures et continuités, l’Histoire des sciences et celle des arts. Ce champs d’investigation commun a d’ailleurs était rendu possible par l’émergence des visuals studies depuis une trentaine d’années.
Ainsi, grâce à la présence de l’astrophysicien et philosophe des sciences, Etienne Klein, il sera question des rapports, directs ou indirects, que les artistes et leurs oeuvres peuvent entretenir avec quelques grandes découvertes scientifiques, en particulier astronomique, de la Renaissance à nos jours.
De l’influence de la diffusion de la théorie de l’héliocentralisme sur luminisme des tableaux de Claude Gelée, à celle des avancées galiléennes sur la première représentation de la voie lactée par le peintre Adam Elsheimer en 1609, en passant celle, très importante, des théories de la Relativité d’Albert Einstein sur un Art Moderne en train de se créer, nous partirons de cas concrêts pour explorer le monde commun de l’artiste et du scientifique.


2

Jeudi 16 mars à 19:00 – 22:00

 par Romain Arazm

A l’exact point de convergence des trois notions du cycle “Ethique, esthétique et mode de vie”, la deuxième conférence sera une exploration immersive des chemins alternatifs menant à une vie belle et en cohérence avec l’Être et le monde.
En Occident, le désir d’un renouvellement (écologique, spirituel, idéologique…) de nos être au monde ne s’est, sans doute, jamais autant fait sentir. Quoique parfois rendues invisibles, les solutions sont sous nos yeux. Un infléchissement léger de l’optique constitue donc la genèse d’un renouvellement agissant à plus grande échelle.
De la vision mythique et philosophique des siècles passés aux projets utopiques de demain en passant par les applications concrètes d’aujourd’hui, le parcours abordera, sans gommé sa redoutable complexité, la tension existante entre la société tel qu’elle est et l’idéal que l’on pourrait, ensemble, lui substituer.
Pour retrouver les clefs d’un l’équilibre que nous avons perdu, les savoirs et la sagesse des peuples racines peut être d’un grand recours. Ainsi, au côté de Frederika van Ingen (auteure de Sagesse d’ailleurs pour vivre aujourd’hui (éd. Les Arènes, 2016) nous effectuerons une plongée au cœur des cultures des peuples ancestraux (MaasaÏ, Tsaatans, Apaches, Pueblos…). L’enjeu sera de développer les ponts et les passerelles nous permettant de réinventer une relation sereine et apaisée avec le monde, la nature et l’être.
En osmose avec les valeurs défendues par le Collectif, cette conférence nous invitera à réfléchir ensemble aux moyens concrets de retrouver une cohérence…

 


1

L’artiste et l’alpiniste: deux démarches, un même absolu ?

lundi 13 février à 18:45 – 20:30

Avant-propos par Romain Arazm
« L’artiste dans son atelier parisien et encombré, l’alpiniste sur un éperon rocheux recouvert de glace…Deux démarches sensiblement différentes, et pourtant…Ne seraient-ils pas tous les deux à la recherche d’un même absolu, du comblement d’un même manque, d’un même espoir de théophanie profane ? Parce que les deux pratiques ambitionnent de porter l’Homme à l’épicentre de son être, parce que la quête du beau et du sublime semblent guider la plupart de leurs trajectoires, ou encore parce qu’ils doivent trouver le milieu juste entre la liberté et la grandeur qu’instille la solitude et la sécurité et l’émulation que peut procurer une cordée, l’alpiniste et l’artiste possèdent en partage des caractéristiques que nous aurons le plaisir d’explorer grâce à la présence de Michel Malherbe, philosophe et alpiniste au long cours ainsi qu’au recours aux Sciences humaines, à la littérature et à l’histoire de l’art… »